Aujourd'hui
picto-temps
Soleil
Accessibilité
a A
Rechercher sur le site
  • Bandeau mairie.com

Fermeture du secrétariat de mairie

Le secrétariat de mairie est ouvert

le vendredi 5 décembre 2014

uniquement de 17h à 18h30.

 

 

Compte-rendu de conseil

Le procès verbal du dernier conseil municipal (29 JANVIER 2015) est disponible en téléchargement pdf.

Rendez vous dans la rubrique :

Accueil / Compte rendu de Conseil / 2015

Collecte des déchets

INFORMATION

En raison des mercredis 25 et 31 décembre fériés la collecte des ordures ménagères sera assurée le jeudi 26 décembre 2013 et le jeudi 2 janvier 2014.

Vous trouverez ces informations concernant le ramassage les semaines avec jours fériés au bas du calendrier du tri.

La mairie

Vous trouverez ci-dessous la liste des informations utiles pour pouvoir contacter la mairie de Rogéville
Adresse de la mairie 1 rue de l'école
54380 ROGEVILLE
Numéro de téléphone +33 3 83 24 80 30
Numéro de fax +33 3 83 24 80 30
Courriel Nous écrire
Site internet http://www.rogeville.mairie54.fr
Permanence(s) OUVERTURE DU SECRÉTARIAT AU PUBLIC LE VENDREDI DE 13H30 A 18H30

Commémoration du 6 septembre 2014

Questionnaire facile

 

1/ Quel jour l’Allemagne déclare-t-elle la guerre à la France ? 3 août 1914........................................... ?

 

2/ Qui était président de la république Française à la déclaration ? Raymond Poincaré........................ ?

 

3/ Quel nom portait le casque de l’armée française en 1914 ? Aucun..................................................... ?

 

4/ Quel nom portait le casque de l’armée française en 1916 ? Adrian.................................................... ?

 

5/ A quelle alliance appartient la France en 1914 ? La triple entente...................................................... ?

 

6/ Dans quelle ville a été assassiné François Ferdinand ? Sarajevo.......................................................... ?

 

7/ Comment appelle-t-on les soldats blessés au visage ? Les gueules cassées........................................ ?

 

8/ Quels véhicules ont transporté les soldats de renfort venant de Paris sur le front de la Marne ?

 Les taxis..................................................................................................................................................... ?

 

9/ Où le soldat inconnu a-t-il était choisi ? Citadelle de Verdun............................................................... ?

 

10/ Le baron rouge était de quelle nationalité ? Allemande.................................................................... ?

 

11/ Le char Schneider CA1 appartenait à quelle armée ? Française........................................................ ?

 

12/ Quelle nation a compté le plus de morts dans ses rangs ? Allemagne.............................................. ?

 

13/ L’Italie, allié de l’Allemagne, a-t-elle gagné la guerre ? Oui.............................................................. ?

 

14/ Quel nom est donné à la première guerre mondiale ? La grande guerre......................................... ?

 

15/ Quel pays a été le premier à utiliser l’arme chimique ? Allemagne.................................................. ?

 

 

 

Questionnaire moyen

 

1/ François-Joseph 1er d’Autriche est le premier à déclarer la guerre. Sous quel nom était plus connue sa femme ? Sissi.............................................................................................................................................. ?

 

2/ Qui était l’empereur en allemand en 1914 ? Guillaume II................................................................... ?

 

3/ Qui fut le premier maréchal de France pendant la première guerre mondiale ? Joseph Joffre......... ?

 

4/ Pourquoi le gaz moutarde porte-t-il ce nom ? Il a une odeur de moutarde......................................... ?

 

5/ D’où vient le surnom « Poilu » ? Molière > Courageux........................................................................ ?

 

6/ Quel mois (et année) a commencé la bataille de Verdun ? Février 1916............................................ ?

 

7/ Quel grade avait Adolf Hitler pendant le conflit ? Caporale................................................................ ?

 

8/ Quel lien de parenté avait le roi du Royaume-Uni et l’empereur d’Allemagne ? Cousin.................... ?

 

9/ En Quelle année l’Alsace et la Moselle redeviennent Française ? En 1919......................................... ?

 

10/ Gavrilo Princip (l’assassin de François Ferdinand) était de quelle nationalité ? Serbe...................... ?

 

11/ Sachant que Berlin est la capitale de d’Allemagne depuis le 3 octobre 1990, quelle ville y était en 1914 ? Berlin.......................................................................................................................................................... ?

 

12/ En quelle année a eu lieu la révolution russe ? 1917.......................................................................... ?

 

13/Qui a pratiqué le génocide arménien de 1915 à 1916 ? Turquie........................................................ ?

 

14/ Quel a été le premier pays envahi par l’Allemagne ? Luxembourg................................................... ?

 

15/ Quel général a remporté la bataille de Verdun ? Le général Pétain................................................. ?

Questionnaire difficile

 

1/ Quel est le nom du plan mis en place par l’Allemagne pour envahir la France en un temps record ?

 Schlieffen................................................................................................................................................... ?

 

2/ En quelle année ont eu lieu les mutineries des soldats français ? 1917............................................... ?

 

3/ Qui était le représentent français à la signature de l’armistice ? Le maréchal Foch.......................... ?

 

4/ En quelle année la ville de Verdun reçoit-elle le titre de capitale mondiale de la paix, des libertés et des droits de l’homme ? 1987.......................................................................................................................... ?

 

5/ Dans quel bâtiment a été signé l’armistice le 11 novembre 1918 ? Dans un wagon de train............. ?

 

6/ A quoi servait la pointe du casque à pointe des allemands ? A dévier les coups de sabre.................. ?

 

7/ Quelle était la longueur total des tranchées française (environ) ? 10000 km..................................... ?

 

8/ Quel président américain plaidera le 22 janvier 1917 pour une paix sans vainqueurs ?

Woodrow Wilson........................................................................................................................................ ?

 

9/ Quel écrivain français est mort pour la France deux jours avant la signature de l’armistice ?

Guillaume Apollinaire................................................................................................................................ ?

 

10/ Qui fut surnommé « père victoire » en 1918 ? Georges Clémenceau............................................... ?

 

11/ Pourquoi les USA entrent-ils en guerre en 1917 ? Des sous-marins allemands ont coulé des navires américains.................................................................................................................................................. ?

 

12/ Où s’est déroulée la bataille navale du Jutland ? Danemark.............................................................. ?

 

13/ Quel était le poids des plus gros obus lancés par le plus gros canon allemand (environ) ? 800 kg... ?

 

14/ Qui était le soldat Auguste Thin ? Celui qui a désigné le cercueil du soldat inconnu........................ ?

 

15/ Qui était le caporal Jules André Peugeot ? Le premier mort militaire français................................ ?

 

 

Grades de l’armée française

 

Les hommes de rang :

- Soldat de 2ème classe -----> Soldat
- Soldat de 1ère classe -----> Distinction et non un grade ; permet d'accéder au grade de caporal
- Caporal -------------------> Commande une escouade (composée de 15 hommes)
- Caporal-chef --------------> Fonction administrative (?)

 

Les sous-officiers :

- Sergent -------------------> Commande une demi-section (composée de 2 escouades soit 30 hommes)
- Adjudant ------------------> Chargé des corvées et de l'organisation de la compagnie.
- Adjudant-chef -------------> Adjudant depuis 10 ans valorisé par ce grade
- Major ---------------------> Sous-officier chargé de l'administration

 

Les officiers supérieurs :

- Sous-lieutenant -----------> chargé des détails du service
- Lieutenant ----------------> Commande une section (composée de 60 hommes)
- Capitaine -----------------> Commande une compagnie (composée d'environ 240 hommes)

 

Les officiers subalternes :

- Commandant ----------------> Commande un bataillon (composé de 4 compagnies, 1100 hommes)
- Lieutenant-colonel --------> Intermédiaire ordinaire du colonel, le remplace en cas d'absence
- Colonel -------------------> Commande un régiment (composé de 3 bataillons, 3400 hommes)

 

Les officiers généraux :

- Général de brigade --------> Commande une brigade (composée de 2 régiments, 6800 hommes)
- Général de division -------> Commande une division (composée de 2 brigades, 16000 hommes)
- Général de corps d'armée --> Commande une armée (composée d'au moins 2 divisions)
- Général d'armée -----------> Commande un corps d'armée (composé d'au moins 2 armées)
- Maréchal ------------------> Distinction et non un grade

 

 

Unités de l’armée française

 

Corps d'armée : 40 000 hommes, 120 canons commandés par un général de corps d'armée
Chaque corps d'armée regroupe 2 divisions d'infanterie.

Division d'infanterie : 16 000 hommes commandés par un général de division
Chaque division d'infanterie regroupe 2 brigades d'infanterie.

Brigade d'infanterie : 6800 hommes commandés par un général de brigade
Chaque brigade d'infanterie regroupe 2 régiments d'infanterie.

Régiment d'infanterie : 3400 hommes commandés par un colonel
Le régiment est l'unité morale : il possède son histoire, sa devise, son drapeau.
Chaque régiment d'infanterie est composé de 3 bataillons d'infanterie.

Bataillon d'infanterie : 1100 hommes commandés par un commandant
Chaque bataillon d'infanterie est composé de 4 compagnies d'infanterie.

Compagnie d'infanterie : 240 hommes commandés par un capitaine
La compagnie est l'unité de vie du soldat.
Chaque compagnie d'infanterie est composée de 4 sections.

Section : 60 hommes commandés par un lieutenant
Les sections sont regroupées par deux pour former un peloton.
Chaque section est divisée en 2 demi-sections.

Demi-section : 30 hommes commandés par un sergent
Chaque demi-section est divisée en 2 escouades.

 

 

Les grandes dates

 

28 juin 1914 : assassinat de l'archiduc François-Ferdinand

31 juillet 1914 : assassinat de Jean Jaurès

3 août 1914 : l'Allemagne déclare la guerre à la France

6-11 septembre 1914 : première bataille de la Marne

22 avril 1915 : première utilisation d'un gaz toxique

21 février-18 décembre 1916 : bataille de Verdun

1er juillet-18 novembre 1916 : bataille de la Somme 

6 avril 1917 : les Etats-Unis entrent en guerre

16 avril 1917 : bataille du chemin des Dames et mutineries

7 novembre 1917 : "révolution d'Octobre" en Russie

3 mars 1918 : traité de Brest-Litovsk entre l'Allemagne et la Russie

Juillet 1918 : seconde bataille de la Marne

11 novembre 1918 : signature de l'armistice

28 juin 1919 : signature du traité de Versailles

 

Discours du 6 septembre 2014

Cérémonie commémorative du 6 septembre 1914

Discours du Maire

 

 

Monsieur le Sous-Préfet, Monsieur le Député, Monsieur le Conseiller Général, Monsieur le Président de la Communauté de Communes et Maire de Pont-à-Mousson, Monsieur le Maire de Dieulouard Mesdames et Messieurs les adjoints et conseillers municipaux, Mesdames et Messieurs les responsables des associations d’Anciens Combattants, Mesdames et Messieurs, chers concitoyens,

Notre présence autour du monument, sur la place centrale de notre village prend cette année une importance particulière puisqu’il s’agit d’une commémoration importante : il y a 100 ans, Rogéville subissait le choc du premier conflit mondial. Dans le même temps où, ses habitants enduraient le bombardement des canons allemands, les familles commençaient à éprouver la douleur de la perte de leurs enfants, partis mourir, eux, sur d’autres champs de bataille.

Cent ans après, jour pour jour, nous avons souhaité réaliser cette manifestation qui constitue un temps de mémoire, de recueillement mais aussi d’appropriation de notre histoire collective ; une appropriation de l’histoire dans son impact au niveau local, à l’échelle d’une petite commune comme la nôtre, mais je dirais également intime, dans la mémoire de chaque famille. Autour de nous, sur cette place qui était hier la cible de l’artillerie allemande, nous pouvons lire, aujourd’hui, dans les façades reconstruites, les traces tangibles de la guerre. Les greniers de nos maisons conservent les souvenirs, les lettres des disparus, leurs médailles, souvent d’ailleurs reçues à titre posthume.

Aujourd’hui, en l’absence des témoins disparus de cette époque, c’est désormais à nous tous qu’il appartient de transmettre cette histoire et cette mémoire porteuses de valeurs.

Commémorer, c’est lutter contre l’oubli, pour que ces hommes ne meurent pas une seconde fois ; c’est rappeler les souffrances endurées par cette génération perdue ; c’est aussi regarder avec lucidité les responsabilités nationales et internationales de ce massacre, les méfaits du nationalisme et de la haine de l’autre. Car on commémore aussi pour comprendre l’Histoire. Et comprendre l’Histoire, c’est assurer l’Avenir.

Commémorer, c’est montrer ce que des citoyens peuvent réaliser pour sauvegarder leurs lois, leur village, leur nation. Cette capacité d’engagement personnel, jusqu’au sacrifice ultime, pour un idéal collectif, des gens du peuple, des petits, de ceux qui subissent l’histoire en même temps qu’ils la font, voilà ce que ce nous célébrons aujourd’hui. Cette capacité à résister, à ne pas renoncer, voilà ce qui doit continuer à nous servir d’exemple.

Commémorer, c’est également montrer que la France n’est rien sans sa faculté à se rassembler, à lutter en commun et à rester unie face à l’adversité. Ce sont les enfants de Rogéville partis défendre et mourir à Crévic, Laneuvelotte, au Bois-le-Prêtre, à Avord ou Ablain-Saint-Nazaire. Ce sont les enfants de Vendôme, Marcilly-en-Villette ou Aubin Saint Vaast venus mourir les 7 et 8 septembre 1914 pour défendre notre village.

Commémorer, c’est enfin rappeler l’immense souffrance de nos aïeux qu’on a envoyés par milliers conquérir des morceaux de collines, des bouts de paysage… C’est la souffrance d’un village qui a vu ses maisons détruites, ses bâtiments éventrés, son église saccagée, sa mairie ravagée…

Il faut rappeler quelques chiffres au plan national : 8 millions de mobilisés, 1.400.000 morts français, c’est-à-dire 10% de la population active, 1 combattant sur 6 tué, 27% des hommes de moins de 28 ans,  sacrifiés, 630.000 veuves, plus de 700.000 orphelins, 600.000 invalides… Les historiens disent qu’au niveau national cette génération perdue représente 1 mort pour 28 habitants. Mais cette statistique n’est qu’une moyenne nationale.

Rogéville comptait 166 habitants en 1914. Huit hommes de 19 à 35 ans sont tombés, ce qui donne 1 mort pour 20 habitants !

Voici maintenant, pour que ces hommes ne soient pas que des noms, quelques renseignements trouvés dans les documents disponibles. J’ai suivi l’ordre chronologique des décès comme celui de la plaque figurant sur le monument. Car c’est l’ordre dans lequel le Maire de l’époque a dû venir porter la triste nouvelle aux familles.

L’hécatombe a débuté dès les premiers jours de la guerre.

Ce fut tout d’abord la famille GREFF qui fut touchée. Mme GREFF, veuve du forgeron de la commune élevait seule sa fille et ses 3 fils. Deux d’entre eux, François et Jules, âgés respectivement de 25 et 24 ans avaient été incorporés comme soldats dans le même 156e Régiment d’infanterie. François fut tué à l’ennemi le 25 aout 1914 à Crévic (54) dans les combats du Grand Couronné. Son frère, Jules, connut le même sort le 11 septembre 1914 à Laneuvelotte (54).

Quelques jours plus tard, le 7 octobre, c’était Eugène BOUSSARD, 33 ans, 2e classe au 69e d’infanterie, qui mourait au combat à Gommecourt dans le Pas-de-Calais. Il était le fils de Firmin BOUSSARD qui était cordonnier.

Ernest HENRY, 25 ans, Sergent au 168e Régiment d’Infanterie, qui avait combattu à Martincourt et dans la vallée de l’Esch en septembre, est mort dans les combats du Bois-le-Prêtre le 16 novembre 1914. Après plusieurs jours de préparatifs, son régiment avait mené une attaque infructueuse face à un ennemi qui avait reçu des renforts et présentait une organisation très solide et des forces très supérieures. Il était le fils d’Edmond Henry, cultivateur mais également maire de la commune.

Marcel BECKER, 19 ans, fils d’Eugène BECKER, cultivateur, était Chasseur dans le 20e Bataillon de Chasseurs à Pied. Il mourut le 16 février 1915 à l’Hôpital des Sœurs Dominicaines à Beaune des suites d’une maladie contractée en service.

Georges LAURENT, également âgé de 19 ans, fils de Laurent LAURENT, cultivateur, meurt dans les même circonstances à Avord. Il était canonnier au 60e Régiment d'Artillerie de Campagne. Victime d’une rougeole, son état empira subitement pour une complexion pulmonaire. Sa mère conserva toute sa vie, dans une petite boîte en fer, la lettre du commandant lui détaillant les derniers jours de son fils. Nous vous en donnerons lecture tout à l’heure.

Paul HACQUART, 19 ans, fils d’Emile HACQUARD, garde des eaux et forêts à Rogéville était soldat dans la 24e compagnie du 360e régiment d’infanterie. Il fut tué à l’ennemi le 26 mai 1915 à Ablain-Saint-Nazaire (62).

Ainsi, dans les 10 premiers mois de la guerre, la mort faucha 7 jeunes de la commune.

Le dernier mort de la commune sera François GRUYER, 35 ans, Médecin aide major au 356e  Régiment d'Infanterie. Il était le fils de l’instituteur de Rogéville qui était resté en poste durant 30 ans dans la commune depuis 1873. Lui-même, après avoir passé sa thèse de médecine à Nancy en 1906, s’était installé comme médecin à Bernécourt. Il mourut le 18 mai 1916 à Belleville  des suites de ses blessures. Il fut décoré de la Croix de Guerre et de la Légion d'Honneur, avec comme citation: " Médecin major d'une haute valeur morale et professionnelle. S'est fait remarquer en maintes circonstances par son mépris du danger. Grièvement blessé le 16 mai 1916 (à Bois-le-Prêtre) en dirigeant en 1ère ligne un travail permettant l'évacuation plus rapide des blessés."

Au nom des morts de notre commune, il faut ajouter le souvenir des hommes venus mourir sur son sol pour la défendre.

Eugène MALANGEAU était né le 16 septembre 1888 à Vendôme dans le Loir-et-Cher. Il est mort le 7 septembre 1914 à Rogéville, à l’âge de 25 ans. Il était marié. Sa veuve se remaria en 1919 et mourut à l’âge de 92 ans en 1982. Cette date, finalement pas si éloignée de nous est une illustration de ces destins brisés…

Alexandre MARPEAU était né le 03 octobre 1886 à Marcilly-en-Villette dans le Loiret. Il avait 27 ans. Il reçut à titre posthume la croix de guerre avec étoile de Bronze : « a fait vaillamment son devoir dès les premiers combats de la campagne »

Tous deux, caporal et soldat dans la 18e et 17e compagnie, sont morts dans l’après-midi du 7 septembre, en haut du village, en tentant de le reprendre sous le feu de l’artillerie.

Charles LECOUVE était né le 13 décembre 1890 à Aubin Saint Vaast. Il avait  24 ans. Il était 2e canonnier conducteur de la 20e batterie du 12e Régiment d’Artillerie. Il mourut le 8 septembre entre Rogéville et le Bois de la Cote en Haye, vers la côte 307, en répliquant à l’artillerie allemande qui continuait de bombarder notre village.

Cette modeste plaque apposée sur notre Monument au Morts témoigne d’une réalité brute aussi présente aujourd’hui qu’il y a 100 ans et doit nous rappeler que l’Histoire de la Grande Guerre c’est avant tout l’histoire individuelle de ces hommes de chair et de sang.

Placée au cœur de notre village, ce monument doit également être un monument pour la Paix. Il doit nous rappeler combien elle est fragile et l’importance du « Faire société ».

« Faire société », c’est accepter bien sûr l’autre dans sa différence, mais c’est aussi partager la conviction d’un avenir commun.

« Faire société », c’est accepter que s’organiser pour vivre ensemble alors que l’on a des intérêts différents est un problème qu’il nous faut résoudre, un effort à réaliser constamment. Et là aussi, que ce soit au niveau local et international, que ce soit au sein d’une commune comme entre les pays.

Avant de passer la parole à Monsieur Dominique POTIER, député de Meurthe-et-Moselle, je voudrais vous faire entendre les mots de nos soldats :

  • La lettre de Gaston Laurent, frère de Georges, à ses parents où ils tentent de calmer leur angoisse face à l’attente quotidienne d’un courrier.

C’est un témoignage poignant et finalement si proches de nous, d’un conflit qu’il ne nous faut pas oublier.

Ne pas oublier pour le respect que nous devons à nos aïeux, à ceux qui se sont sacrifiés.

Ne pas oublier pour le respect que nous devons à nos enfants et au monde que nous devons leur construire.

Informations pratiques
Adresse
Mairie de Rogéville1 rue de l'école54380 Rogéville
Téléphone
+33 3 83 24 80 30
Fax
+33 3 83 24 80 30
Horaires d'ouverture
OUVERTURE DU SECRÉTARIAT AU PUBLIC LE VENDREDI DE 13H30 A 18H30
 
Retour haut